Geschichts- und Heimatverein e.V. Dreieichenhain

Dreieich-Museum

Le château

La tour du château

La tour du château est le plus ancien bâtiment visible construit autour de 1080e. Elle fut le siège de la famille des seigneurs de Hagen et pendant 100 ans le siège du bailli des gouverneurs de l’ anathème impériale forestier de Dreieich.
Du coté de l'étang sont encore visibles la voûte du sous-sol et la classification des étages résidentiels individuels.
Avec une hauteur initiale de 25 m (cinq étages) la tour d'habitation est l'une des plus importante de son temps avec une épaisseur de paroi de 3 m et une superficie de près de 12,5 x13, 2 m. Étroitement entouré par un mur circulaire, il maîtrisait seulement une grande île de 30x40m au milieu du marais de la vallée du ruisseau Hengst.

Vers 1180 la tour du château sera incluse dans l’élargissement du château impérial Hayn à Dreieich et servira dans ce domaine en tant que deuxième donjon et non plus comme tour résidentielle.
En 1750 la tour s'abat, jusqu'à la façade de 22 mètres de haut du mur ouest encore visible aujourd’hui. Elle sert dorénavant de toile de fond à la scène pittoresque du théâtre de plein air.

 

Le donjon

Le donjon (tour ronde) a été construit vers 1180 dans le cadre de l'élargissement du château des seigneurs Hagen-Münzenberg.
Avec une hauteur d'environ 30 m et d'un diamètre de 14m, il est l'un des plus grands donjons ayant été construits en Allemagne. Il ne sera non seulement pas que le symbole de statut social, mais il servira également a protéger le château il sera aussi un lieu de refuge pour les habitants de la ville, lieu de stockage, de dépôt et de cachot.

Dans les années 1792-1793 le donjon a été élimé à sa hauteur actuelle, les pierres ayant été utilisées dans d'autres endroits.

Aujourd'hui, l'ancien sous-sol de la tour ronde sert de bureau de l’état civil,  ou bon nombre de couple se prête serment dans cette atmosphère romantique.

 

Le palais

Vers la même époque que la construction du donjon par les seigneurs de Hagen- Münzenberg en 1180 ils érigent également le palais, comme un immeuble résidentiel représentatif. Sous le Seigneur de Falkenstein, près de 100 ans plus tard, une extension se fera à l'est et au sud.
Dans son architecture le Palais présente des similitudes avec le château de Münzenberg dans la région du Wetterau, deuxième château éponyme des Hagen-Münzenberger.

Aujourd'hui des éléments romans et gothiques sont encore visibles et témoignent des différentes phases de construction. L'entrée se situe à côté du donjon sur le côté ouest de l'édifice. A gauche derrière une porte, se trouvent les restes d'une tour d'escalier en pierre, joignant le premier étage. Un passage étroit vous mène à droite dans l'ancienne cuisine avec des restes d’une base de four en brique et un cellier attenant. Derrière elle se trouve une grande pièce - ou salle à manger, le centre du palais dans laquelle peut être discerné les restes de la cheminée et des bases de colonnes.
Dans les années 1792-1793 les murs du palais en amont ont été démolis pour la réutilisation des pierres. En 1802 s’effondre les premières parties des murs. Sous le palais  se trouve cave voûtée très spacieuse, que vous pouvez louer pour divers événements.

 

L'église du château

Sur le site de l'église actuelle du château étaient présents des indices hiératiques allant jusqu’au 11e Siècle.
L'église dans sa forme actuelle a été construite dans les années 1710-1718, après que la dernière construction ait été incendié en 1669. Ceux qui entrent dans l'église, peuvent lire une inscription au-dessus de l'entrée sur le pignon:

"Toi, ô Saint lui-même et le protecteur des lieux sacrés, ne permet pas qu’ils se produisent sans raison, quand ils ont consommé l'incendie. Mais ceux, qui connaissent déjà l'anciène destruction de l'église, posent la main protectrice sur elle, la nouvelle maintenant."

Que l'inscription fasse allusion à la destruction de l'ancienne église (En 1669, le boulanger du village, Weißbender apporta le dimanche après Noël un réchaud à l'église pour réchauffer ses pieds. Un morceau du combustible tomba et mit les vieux bâtiments en feu), ou aux malheureux  conflits religieux entre les Isenburgeois réformées de la foi et la population luthérienne, qui veulent retarder la construction du manoir, est incertaine. En tout cas, cette simple église baroque, a depuis été épargné par les incendies et autres dommages ...
Le très précieux orgue baroque de 1791, a été construit par la très célèbre entreprise familiale Stumm spécialisée dans ce genre de construction. De l'équipement d'origine est resté la chaire du charpentier originaire de Hain Aron Seitz.
Pour plus d'informations sur l’église protestante du château de Dreieichenhain cliquez ici.

 

Le jardin du château

Le jardin du château est le noyau historique du château de Hayn et donc de Dreieichenhain.

Déjà à l'époque de la fondation de la tour du château se trouvait ici un repère de chasseurs à deux étages, suivie par les maisons médiévales et les bâtiments de ferme des seigneurs respectifs. Lors de fouilles, on a également retrouvé des restes du batiment principal du monastère Patershausen, une petite école latine, une boulangerie et des fours à poterie, tous issus de différentes époques.

 

La ferme domaniale

Vers la fin du 12ème Siècle fut construit la ferme domaniale dans le cadre de l'établissement de la ville des paysans et devant les murs du château. Elle se composait de six bâtiments: une maison de maître avec la maison des soldats, une grange, un cheptel, des écuries, un chenil et un presbytère.
Dans ce chenil, à la demande spéciale de l'empereur, on fait l'élevage du braque St. germains. Sur le domaine de chasse sauvage a Dreieich, l’empereur Louis de Bavière déclare entre autres: «Si un empereur, veut chasser a Dreieich, il se doit d’aller dans la maison de maître de la forêt dans Hayn, il trouvera un Braque blanc avec des oreilles rayées, sur un coussin de soie, attaché a un cordon de soie, et avec lui, il se doit de suivre l'état sauvage. »

Le seul bâtiment encore debout aujourd'hui est l'ancienne maison des chevaliers qui abrite aujourd'hui le restaurant Faselstall (il y a plus de 100 ans, le bâtiment a servi d’étable, d'où le nom actuel).

 

Museumswebsite gefördert durch:

Landesstelle für die nichtstaatlichen Mussen in Bayern
Bayerische Sparkassenstiftung